Robin Mookherjee

En vidéo

Bienvenue
Contactez moi Partager :

Avant-Propos

Avant-Propos

L’objectif de ce site est de faire une mise au point sur les possibilités actuelles de la chirurgie plastique et esthétique pour les interventions les plus fréquemment demandées. Il ne faut pas hésiter, si certains points vous paraissent incomplets ou confus, à poser les questions qui vous viennent à l’esprit.

La décision la plus importante et la plus difficile à prendre, est, sans conteste, le choix du chirurgien. Sa formation doit être complète. Un médecin ne peut se déclarer spécialiste en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique sans une autorisation délivrée par le Conseil de l’ordre et après un cursus passant  par l’internat en chirurgie générale, puis par une spécialisation en chirurgie plastique au sein des services hospitaliers formateurs. 

L’objectif de la chirurgie esthétique est un embellissement ou un rajeunissement, mais il faut avoir conscience qu’il s’agit là de chirurgie sophistiquée et savoir qu’il n’existe pas de miracle. Il ne s’agit pas d’une science “exacte’’, car certains paramètres conditionnant le résultat final (notamment les processus cicatriciels) ne sont pas entièrement contrôlés, ni par le chirurgien, ni par le patient.

Il est, par conséquent, impossible de garantir des résultats parfaits. La cicatrisation cutanée est, bien sûr, un facteur important du résultat d’une intervention. Celle-ci varie selon les sujets, l’âge et la localisation de l’incision. L’évolution cicatricielle, après l’opération, n’est terminée qu’après un délai minimum d’un an. Le résultat final ne peut être jugé qu’une fois ce délai écoulé.

 

Parcours

Parcours

  • Etudes de Médecine Paris 1972-1979

  • Interne des hôpitaux de Paris de la promotion 1979

  •  Formation en chirurgie générale 

  • Coopération francaise en chirurgie en Tunisie

  • Spécialisation en chirurgie Plastique et Réparatrice : main, microchirurgie, chirurgie maxillo-facial, plastique et esthétique générale.

  • Echange France Québec à l’université de Montréal Canada en chirurgie plastique

  • Thèse en Chirurgie Plastique Médaille d’Or 1985

  • Chef de clinique en chirurgie réparatrice et esthétique pendant 4 années à l’Hôpital Lariboisière Paris

  •  Installation en cabinet privé à Paris 1988 après 16 années de formation et de spécialisation

  • Spécialisé en chirurgie esthétique depuis 25 ans

​Début des missions pour Médecins du Monde 1989

Fondateur au sein de Médecins du Monde du groupe de chirurgie réparatrice Opération Sourire


Membre de plusieurs sociétés savantes françaises et Internationales :

Interview Dr Mookherjee

Interview du Dr Mookherjee

Je ne veux pas que l’on puisse voir que la beauté de quelqu’un est due à une intervention

La vocation du Docteur Robin Mookherjee concernant la chirurgie esthétique est née très tôt, et il est toujours aussi heureux d'avoir suivi cette voie 30 ans plus tard. Ses interventions et traitements ont tous un point commun : la recherche du résultat naturel. Il suit de près l'évolution et les innovations de sa spécialité et s'intéresse en particulier aux actes qui combinent plusieurs techniques.

Vous avez su très jeune que vous vouliez devenir chirurgien...

J’ai voulu pratiquer la chirurgie esthétique depuis mon plus jeune âge pour le côté artistique, le côté humain également, et le côté pragmatique de la chirurgie. J'ai eu la chance que ce désir me conduise à travers les études de médecine, la formation de chirurgie générale, la formation de chirurgie plastique, et cela 20 ans après avoir choisi cette profession !

Ce choix, je suis toujours heureux de l'avoir fait après 30 ans d'installation, car c'est un métier qui apporte le bonheur aussi bien au patient qu'au chirurgien. Ce n'est pas une chirurgie superficielle, bien au contraire, car les conséquences psychologiques peuvent être tellement importantes pour le patient, qu'il est fondamental de poser la bonne indication.

Parlez-nous de votre parcours, qui vous a, entre autre, conduit à compléter vos études au Canada.

Après mes études de médecine à Paris, j'ai réussi l'internat des hôpitaux de Paris, ce qui m'a permis de faire ma formation de chirurgie plastique dans tous les grands services des hôpitaux parisiens. Avant, j'avais validé ma formation en chirurgie générale et effectué mon service militaire en coopération chirurgicale à l'étranger.

J'ai également complété ma formation de chirurgie plastique au Canada. Puis j'ai été chef de clinique à Paris, dans un service très connu pour la chirurgie plastique et, notamment, pour la rhinoplastie. En 1986, je me suis installé à Paris, en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.

À cette époque, j'ai également participé à de nombreuses missions de chirurgie plastique à l'étranger pour Médecins du Monde, notamment dans des pays qui ont souffert de la guerre : le Cambodge, le Vietnam, le Rwanda ou la Bosnie. J'ai découvert que, même dans ces pays détruits, les patients avaient une demande de réparation esthétique. Ce fut une expérience très émouvante et très riche.

Quand avez-vous créé votre cabinet ?

Après 15 années de formation j'avais hâte de m'installer et d'avoir mes propres patients. J'ai donc créé mon cabinet en 1986, à Saint-Germain-des-Prés, au centre de Paris. J'en ai fait un endroit chaleureux et coloré, où les patients se sentent à l'aise pour me parler, en tout cas c'est ce qu'ils me disent. J'y pratique mes consultations et quelques petites interventions de médecine esthétique, car je travaille évidemment essentiellement en clinique.

Quels traitements et interventions réalisez-vous ?

Je pratique la chirurgie esthétique générale ainsi que la médecine esthétique. En médecine esthétique, je propose les injections d'acide hyaluronique, de Botox et, plus récemment, de Sculptra. C'est une demande grandissante qui précède ou complète la chirurgie. C'est très rapide et sans suites, ce qui arrange les patients.

En chirurgie esthétique, je pratique une chirurgie naturelle, loin des modes et des diktats, loin de la transformation et de la déformation. Elle concerne aussi bien le corps, les seins, le visage mais avec un goût particulier pour la chirurgie du rajeunissement du visage, qui reste un challenge car il faut savoir respecter la personnalité de l'opéré, ainsi que la chirurgie d'augmentation mammaire qui est la véritable chirurgie esthétique.

Le résultat naturel semble être au coeur de votre exercice.

La promesse d'un résultat naturel, oui, car je ne veux pas que l'on puisse voir que la beauté de quelqu'un est due à une intervention.

Dans la chirurgie du lifting, je suis toujours intéressé par la recherche du résultat le plus naturel, sans transformer la personnalité, notamment en combinant plusieurs techniques car le risque principal est de vouloir trop en faire, en utilisant une seule technique, ce qui donnerait des résultats caricaturaux.

Je combine souvent, par exemple, la greffe de graisse avec le lifting, car retendre le visage ne sert à rien si on ne rétablit pas les volumes perdus; pratiquer une blépharoplastie ne peut améliorer des sourcils qui tombent et qui nécessitent d’être remontés.

Grâce à l'informatique, on peut clairement visualiser ce qui a changé dans un visage et le montrer aux patients, ce qui leur permet de mieux comprendre le but de tel ou tel traitement et d'obtenir leur consentement éclairé, ce qui est fondamental dans la réussite de l'intervention.

De la même façon, pour les augmentations mammaires, je discute aussi longtemps qu'il le faut avec les patientes pour déterminer la taille, la forme et tous les détails qui donneront un résultat naturel, et un vrai plus à la silhouette, tout en boostant le mental de façon extraordinaire. Ces deux interventions sont celles qui me plaisent le plus car il faut mettre au service des patients tout son savoir, son expérience et son côté artistique.

Que pourriez-vous nous dire concernant les avancées et innovations en chirurgie esthétique ?

Depuis 30 ans que je suis dans le fabuleux domaine de la chirurgie esthétique, il ne se passe pas une année sans qu'une nouveauté ne vienne s'ajouter à l'arsenal des chirurgiens. Et pourtant il reste encore tant de choses à découvrir.

Après la révolution de la liposuccion, on attend beaucoup des nouvelles techniques de lipolyse par voie externe, sans chirurgie. L'utilisation de la graisse, son extraction et sa réimplantation sont encore des sujets de recherche. La stimulation de la peau par différentes méthodes, pour lui donner une vraie nouvelle jeunesse, est également en cours de devenir la nouvelle révolution.

Actuellement, beaucoup de recherches sont en cours sur le sujet des cellules souches qui ont un effet régénérant. Il reste le contrôle de la cicatrisation, qui est encore un domaine difficile et qui tient en haleine les chirurgiens et leurs patients.

Mais souvent, les nouvelles découvertes arrivent sans qu'on ne s'y attende.